Le Télégramme: Maxime Jan a plusieurs cordes à son arc

Le Télégramme: Maxime Jan a plusieurs cordes à son arc

Pour percer dans la lutherie, mieux vaut être polyvalent. Maxime Jan l’a bien compris. Aussi, depuis deux ans, dans son atelier, il répare, restaure à peu près tous types d’instruments à cordes et fabrique des guitares.

 

Sa première guitare, Maxime Jan l’a fabriquée en deux semaines.

« C’était en 2009. J’étais en 1r e S au lycée de Cesson-Sévigné, à côté de Rennes. Fan de guitare et modéliste amateur, j’ai sollicité la société Kopo Luthier, à Saint-Aubin-d’Aubigné qui a accepté de m’accueillir et de me faire découvrir le métier de luthier. Après quinze jours de stage, j’ai eu la confirmation que c’était ce que je voulais faire. Alors, l’année suivante, tout en préparant le bac, j’ai fait une demande pour intégrer l’Institut technologique européen des métiers de la musique (ITEMM) », explique le jeune entrepreneur, âgé de 23 ans.

« J’y ai passé un Cap Atim (Assistant technique en instrument de musique, option guitare) à temps plein en 2011. Puis, j’ai continué avec le Brevet des métiers d’art (BMA) en alternance cette fois-ci, de 2011 à 2013 auprès de Yann Mahé, luthier à Saint-Brieuc. Pendant mes cours, j’ai fabriqué deux guitares et une guitare acoustique douze cordes pendant mes heures chez Yann. »

À son compte depuis 2013

Après l’obtention de son BMA, Maxime quitte Yann Mahé. En accord avec ses parents qui le soutiennent depuis le début dans son choix professionnel, il décide de s’installer à son compte en auto-entrepreneur.

« En septembre 2013, avec mon père, on a aménagé mon atelier dans le garage de la maison familiale, à Dahouët. J’y ai installé mes outils de travail et lancé la société Maja Guitares dont l’objet est la réparation, le réglage, la restauration et la fabrication de guitares. Il ne manquait alors plus que les premiers clients qui, via les réseaux sociaux et suite à des articles dans la presse, n’ont pas tardé à venir. »

Un associé depuis septembre

Depuis le mois de septembre, Maxime travaille en collaboration avec Guillaume Gauny, un ancien collègue de l’ITEMM, installé depuis peu sur Paris où il vient de créer son auto entreprise lui aussi.

« Guillaume a travaillé pendant six ans chez Wood Brass, l’un des meilleurs en Europe sur le marché de la musique. On travaille tous les deux sous le même nom mais Guillaume, lui, s’occupe des petites et des moyennes réparations en plus de la partie commerciale à Paris et moi, à Pléneuf, je me charge des grosses réparations d’instruments et de la fabrication. »

Des guitares « 100 % made in Dahouët »

Entre deux réparations, l’essentiel actuellement de son activité, Maxime Jan fabrique des guitares,

« 100 % made in Dahouët. J’ai huit guitares électriques de ma fabrication en vente sur internet. »

Une bonne idée cadeau pour les fêtes pour un amateur de gratte, non ?

Contact Tél. 06.26.35.67.09, maxime@majaguitares.fr ; 18, rue des Clos-d’orge à Pléneuf-Val-André.


Lien vers l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-image: url(https://www.majaguitares.fr/wp-content/uploads/2017/05/guizmo1-12.jpg);background-size: cover;background-position: center center;background-attachment: scroll;background-repeat: no-repeat;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 620px;}